Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel Emile Pereire Fondation Del Duca

L’hôtel Emile Pereire Fondation Del Duca


10 rue Alfred de Vigny - M° Courcelles

8e arrondissement

Cet hôtel a été construit pour le compte d’Emile Pereire, l’un des hommes d’affaires les plus puissants sous le Second Empire. Il abrite aujourd’hui la fondation Del Duca.

Sous la Monarchie de Juillet puis sous le Second Empire, Emile Pereire (1800-1875) et son frère Isaac Pereire (1806-1880) sont d’audacieux hommes d’affaires. A la tête d’un véritable empire financier, immobilier et industriel, les deux frères vont activement participer à l’essor de l’économie française.

L’hôtel Emile Pereire : la façade sur cour
©paris-promeneurs

Les transports et la finance

Les frères Pereire sont à l’origine de la Compagnie du Chemin de Fer de Paris à Saint-Germain fondée dès 1835. En 1852, ils créent le Crédit Mobilier, proposant du crédit à long terme aux industriels. En 1861, ils lancent la Compagnie Générale Maritime, future Compagnie générale transatlantique, transportant voyageurs et marchandises. Ils vont se doter de chantiers navals à Saint-Nazaire.

L’hôtel Emile Pereire : la façade sur le parc Monceau
©paris-promeneurs

De fructueuses opérations immobilières

En 1851, la Ville de Paris exproprie la famille d’Orléans de sa propriété, la folie de Chartres, et vend la moitié du parc à Emile et Isaac Pereire. Les deux frères vont réussir leur plus belle opération immobilière dans Paris en lotissant les 10 hectares qu’ils possèdent. Les 9 hectares restant vont former le parc Monceau, ouvert au public.

Plus tard, les Pereire feront l’acquisition de l’établissement thermal de Vichy (1853). Dans les années 1860, après avoir construit le Chemin de fer de Bordeaux à Bayonne, ils créent la station balnéaire d’Arcachon.

Le quartier des grands financiers

Autour du parc Monceau, les plus grandes fortunes de France, surnommées par les frères Goncourt « les actionnaires du siècle », se font construire de luxueux hôtels particuliers : l’industriel Emile-Justin Menier, ses deux fils Gaston Menier et Henri Meunier, les banquiers Abraham de Camondo et Nissim de Camondo, le banquier Henri Cernuschi, etc.

L’hôtel Emile Pereire : le grand salon
©collection particulière famille Pereire

L’hôtel Emile Pereire

Emile Pereire se réserve une parcelle donnant sur la rue Alfred de Vigny et à l’arrière sur le parc Monceau. Entre 1879 et 1881, l’architecte William Bouwens van der Boijen (1834-1907), architecte de la Ville de Paris en charge du XVIe arrondissement, est chargé d’édifier la demeure.

L’édifice s’inspire de l’architecture classique des XVIIe et XVIIIe siècles. Sur la rue Alfred de Vigny, la façade est centrée sur un avant-corps saillant de trois travées, à l’exception du rez-de-chaussée où une grande arcade en plein cintre entoure la porte d’entrée de l’hôtel.

La façade donnant sur le parc Monceau est plus raffinée : la partie centrale forme un avant-corps de trois travées délimité par des chainages de pierre en harpe  . Elle se prolonge au niveau du comble par un grand fronton triangulaire : à l’intérieur, un groupe sculpté réalisé par Aimé-Jules Dalou représente une femme à demi couchée en train de peindre sur un chevalet et trois putti   accompagnés de symboles des arts (violon, livre, palette de peintre, ciseau et marteau de sculpteur, colonne tronquée). On remarque aussi au-dessus des baies du 1er étage des mascarons   entourés de drapés.

Le ministère de la Production industrielle

A la mort d’Emile Pereire en 1913, sa veuve donne l’hôtel en nue-propriété à ses trois enfants. Les Pereire continuent à y résider jusqu’en 1941. La demeure est alors louée au ministère de la Production industrielle. A la Libération, elle est réquisitionnée par l’Etat et devient le siège de la Direction de la Sidérurgie.

Les Charbonnages de France

Toujours propriétaires, les héritiers Pereire réussissent à se séparer de l’hôtel familial en 1947 : les acquéreurs sont la société des Charbonnages de France et une société immobilière qui se partagent la vaste demeure. En 1948, l’architecte Joseph Marrast (1881-1971) est chargé de réorganiser et de moderniser les espaces intérieurs ; il fait appel à l’architecte d’intérieur Baptistin Spade. Dès 1948, la société immobilière rachète la part des Charbonnage et occupe seule l’hôtel jusqu’en 1975.

La fondation Simone et Cino Del Duca

En 1975, Simone Del Duca se porte acquéreur de l’hôtel Pereire et y installe le siège de la fondation Simone et Cino Del Duca.

Son mari, Pacifico (dit Cino) Del Duca (1899-1967), fut un grand patron de presse qui devint également éditeur et producteur de films. En 1952, il créa les Bourses littéraires Del Duca qui récompensèrent entre autres Félicien Marceau, Jean Rousselot, Alain Robbe-Grillet, Jean-Claude Brisvile.

Abritée depuis 2005 par l’Institut de France, la fondation Simone et Cino Del Duca continue encore aujourd’hui sa mission de mécénat dans le domaine des arts, des lettres et des sciences.

Pour l’architecte William Bouwens van der Boijen, voir également le musée Cernuschi, le siège central du Crédit Lyonnais, l’hôtel Kann.

Pour l’architecte Joseph Marrast, voir également les logements du « Carrefour Curie », le siège de la Banque nationale pour le commerce et l’industrie.

Sources
Sorel (Philippe), Guide du promeneur 8e arrondissement, Paris, Parigramme, 1995.
www.fondation-del-duca.fr


10 rue Alfred de Vigny - M° Courcelles

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris