Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel Brûlart de Sillery

L’hôtel Brûlart de Sillery


13 quai de Conti et 2 impasse de Conti – M° Odéon

6e arrondissement

L’hôtel Brûlart de Sillery est une sobre demeure du Grand Siècle. Ses boiseries sont aujourd’hui visibles au musée Carnavalet.

L’hôtel de Sillery-Genlis - Le portail
©paris-promeneurs

Cet hôtel particulier a été construit pour le compte d’Henri de Guénégaud à des fins de placement. Henri du Plessis-Guénégaud (1609-1676) est un personnage de premier plan, secrétaire d’Etat à la Maison du Roi de 1643 à 1669. En 1656, il avait commandé à l’architecte François Mansart un magnifique hôtel particulier élevé rue Guénégaud (démoli).

Le premier locataire de l’hôtel du quai de Conti est Jean Hérault, seigneur de Gourville, en 1660. Puis à partir de 1684, la famille Brûlart, dotée de deux branches, Brûlart de Sillery et Brûlart de Genlis, en est propriétaire et le conserve jusqu’à la Révolution. Parmi les locataires, citons Mme de Genlis (1746-1830), marquise de Sillery, femme de lettres et salonnière, qui fut chargée de l’éducation de Louis-Philippe d’Orléans, le futur roi Louis-Philippe.

Laure Permon (1784-1838) y vécut également de 1785 à 1792. En 1799, elle épouse Andoche Junot, aide de camp de Napoléon. Elle sera titrée duchesse d’Abrantes et reste surtout connue pour ses talents de mémorialiste.

Sous la Restauration, c’est le domicile du baron Dominique-Jean Larrey, qui fut le chirurgien en chef de la Grande Armée de l’Empereur Napoléon 1er.

L’hôtel de Sillery-Genlis - La façade sur le quai de Conti
©paris-promeneurs

Au XIXe siècle, plusieurs libraires s’établissent au rez-de-chaussée, puis la maison d’édition Aubier-Montaigne. En 1913, la Ville de Paris s’en rend acquéreur. A cette occasion, les somptueuses boiseries Louis XV en chêne naturel sont déposées. Vous pouvez les admirer aujourd’hui au musée Carnavalet.

Durant la Seconde Guerre mondiale, l’américaine miss Wilborg y laisse la jouissance de son appartement à la célèbre comédienne Arletty (1898-1992). Tombée amoureuse d’un officier allemand, l’actrice réussit à faire échapper la déportation à Tristan Bernard, d’origine juive. Elle sera emprisonnée quelques temps à la Libération à cause de sa liaison.

L’entrée de l’hôtel est située au n°2 impasse de Conti. Elle se signale par un élégant portail   classique surmonté d’un fronton triangulaire reposant sur des consoles   sculptées en forme de volutes  .

Sur le quai de Conti, la façade Nord reflète la sobriété de l’architecture française sous Louis XIV : elle est simplement animée par des bandeaux   horizontaux placés entre les étages et au niveau des gardes-corps. Le chambranle   des grandes fenêtres rectangulaires est finement sculpté. Enfin, au 1er étage, le balcon de la travée centrale est doté de très belles ferronneries et repose sur deux puissantes consoles   en forme de volutes  .

Source :
Leborgne (Dominique), Saint-Germain des Prés et son faubourg, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2005.


13 quai de Conti et 2 impasse de Conti – M° Odéon

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin