Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel Dupin

L’hôtel Dupin


68 rue Jean-Jacques Rousseau – M° Etienne Marcel

1er arrondissement

Rebâti au XVIIIe siècle, l’hôtel Dupin fut le cadre d’un fameux salon littéraire et scientifique animé par Mme Dupin. Secrétaire de Mme Dupin, Jean-Jacques Rousseau y travailla de 1745 à 1751.

Cette rue très ancienne s’appelait auparavant rue Maverse puis rue Plâtrière. En 1791, elle est rebaptisée rue Jean-Jacques Rousseau en l’honneur de l’illustre écrivain et philosophe : il y résida de 1770 à 1778 à l’hôtel du Saint-Esprit.

JPEG - 60 ko
L’hôtel Dupin : la façade sur la rue
©paris-promeneurs

L’hôtel de Vins

Cet hôtel particulier est une reconstruction d’un hôtel plus ancien bâti vers 1640-1650 pour Nicolas Ladvocat, conseiller d’Etat. Par son style, il semble dater de l’époque Louis XV, peut-être après 1738. En effet, l’hôtel est acquis à cette époque par Nicolas Bouret de Vézelay (1677-1756). Issu d’une famille de riches financiers, c’est sûrement lui qui finance les travaux. L’hôtel porte le nom de l’un de ses locataires, le marquis de Vins d’Agoult de Montauban.

Construit en pierre de taille, l’hôtel présente une façade de 8 travées dont l’une contient le portail. La façade est assez austère, dépourvue d’éléments décoratifs. Les ferronneries des garde-corps lui donnent toutefois du caractère. Les beaux appartements sont situés au 1er étage. Ils sont accessibles par un grand escalier Louis XV (conservé). Un cadran solaire agrémente l’une des façades de la cour.

JPEG - 170.8 ko
Louise de Fontaine, devenue Mme Dupin par son mariage

La famille Dupin

Les Dupin sont originaires du Berry. Fils d’un receveur des tailles de Châteauroux, Claude Dupin (1686-1769) va devenir l’un des hommes les plus riches de son époque. D’un premier mariage, il a un fils, Louis Dupin (dit Dupin de Francueil) qui sera le grand-père de l’écrivaine Georges Sand.

Grâce à sa proximité avec le financier Samuel Bernard, Dupin est nommé receveur général des finances de Metz et d’Alsace en 1721. L’année suivante, il épouse la fille naturelle de son protecteur, Louise de Fontaine (1706-1799), qui va devenir la célèbre Mme Dupin. Son ascension sociale ne tarde pas : en 1726, grâce à l’intervention de son beau-père, Dupin obtient la place très lucrative de fermier-général  . En 1728, il achète une charge de secrétaire du roi   qui lui garantit un anoblissement rapide bien que très onéreux.

JPEG - 69.8 ko
L’hôtel Dupin : la façade en fond de cour. C’est la plus jolie : elle est agrémentée d’agrafes aux clés des baies et de pilastres ioniques et corinthiens.
©paris-promeneurs

Des propriétés fastueuses

En 1733, Claude Dupin fait l’acquisition du château Renaissance de Chenonceau. Construit à cheval sur Cher, c’est l’un des plus éblouissants de France, agrémenté de somptueux jardins à la Française. De 1732 à 1739, Dupin est également propriétaire de l’hôtel Lambert, sans doute le plus bel hôtel de l’ile Saint-Louis.

En 1741, les époux Dupin emménage rue Plâtrière en tant que locataires de l’hôtel des Vins. Ils finiront par l’acheter en 1758 à Marc Antoine Bouret, receveur-général des finances.

JPEG - 252 ko
Jean-Jacques Rousseau présenté à Mme Dupin

Jean-Jacques Rousseau, secrétaire de Mme Dupin

Fils d’un horloger genevois, Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) rencontre en mars 1743 Mme Dupin pour lui soumettre une comédie intitulée Narcisse. Visiblement, le jeune écrivain tombe follement amoureux de cette très belle femme : « Madame Dupin était encore, quand je la vis pour la première fois, une des plus belles femmes de Paris. Elle me reçut à sa toilette. Elle avait les bras nus, les cheveux épars, son peignoir mal arrangé. Cet abord m’était très nouveau. Ma pauvre tête n’y tint pas. Je me trouble. Je m’égare. Et bref, me voilà épris de Madame Dupin. Mon trouble ne parut pas me nuire auprès d’elle, elle ne s’en aperçut point. Elle accueillit le livre et l’auteur, me parla de mon projet en personne instruite, chanta, s’accompagna au clavecin, me retint à dîner, me fit mettre à table à côté d’elle. Il n’en fallait pas tant pour me rendre fou. Je le devins ».

Rousseau est finalement embauché en 1745 comme secrétaire personnel par Mme Dupin et le restera jusqu’en 1751 (une plaque sur la façade le rappelle). C’est pendant cette période que Rousseau rédigera à l’hôtel Dupin « Le discours des Sciences et des Arts ». il restera toujours lié à cette famille jusqu’à sa mort en 1778.

JPEG - 252 ko
Jean-Jacques Rousseau présenté à Mme Dupin

Le salon de Mme Dupin

Louise Dupin tient un salon littéraire et scientifique réputé dans son hôtel. Elle y reçoit intellectuels et savants : Voltaire, Fontenelle, Marivaux, Montesquieu, Buffon, l’abbé Saint-Pierre, Marmontel, Mably, Condillac, Grimm, Bernis. Les grands noms de la noblesse fréquentent également son salon : la princesse de Rohan, la comtesse de Forcalquier, la maréchale de Mirepoix, la baronne d’Hervey, Madame de Brignole, etc.

Après la morte de Louise Dupin, l’hôtel échoit en 1799 à la fille de Louis Dupin de Francueil, Suzanne Dupin de Francueil (1751-1812).

L’hôtel Dupin est aujourd’hui séparé en appartements. Sa cour est librement accessible en semaine.

JPEG - 67 ko
L’hôtel Dupin : le portail
©paris-promeneurs

Source :
- Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Hachette, 1995.


68 rue Jean-Jacques Rousseau – M° Etienne Marcel

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris